Accueil

Enseignement supérieur : étudier à titre individuel ou en solo

Publié le 20 septembre 2019

Partir étudier à titre individuel est un réel challenge : cela peut vous permettre de voir de nouveaux horizons et d'étudier à l'étranger pour l'intégralité de votre cursus ou bien, une année sans programme d'échanges. Cependant, partir en " solo" demande une importante préparation en amont en raison des nombreuses démarches à effectuer (recherche d'établissement, inscription, évaluation de votre niveau de langue, reconnaissance des diplômes).

Conditions générales

Hors programme d’échange dans l’enseignement supérieur, vous devrez vous acquittez des frais d'inscription de l'établissement que vous souhaitez intégrer. Ces frais sont généralement bien plus élevés qu’en France, voire très élevés (Royaume-Uni, Canada, Australie…). Les étudiants étrangers payent aussi parfois plus chers que les nationaux (pour les pays en dehors de l’Espace économique européen). A l’inverse, certains pays ne font pas payer de frais d’inscription comme au sein des pays scandinaves.

Vous préparerez également un diplôme étranger, et non pas français. Renseignez vous sur la reconnaissance du diplôme que vous visez si vous souhaitez revenir en France ou migrer dans un autre pays à la fin de vos études. Le réseau ENIC-NARIC peut vous aider sur la reconnaissance de diplômes.

Avant de vous inscrire, vous devrez vous renseigner sur les dates limites et les conditions d’inscription imposées par le pays ou l’établissement choisi. Le bac permet d’accéder aux études supérieures dans tous les pays de l’Espace économique européen, et presque aussi dans tous les autres pays du monde, mais parfois une sélection à l’entrée dans les universités est nécessaire (concours, examens…). Pour les autres diplômes, il faudra parfois demander une reconnaissance du diplôme que vous avez au moment de l’inscription.

Un examen et un test de langue sont souvent exigés au moment de l’inscription : pour se préparer et réussir la sélection d’entrée de nombreux organismes proposent des cours de langue.

Aussi, et comme dans toutes autres mobilités :

  • Renseignez-vous le plus tôt possible sur les conditions d’obtention d’un visa étudiant et de ses droits dans le pays concerné, dans le cas où vous désirez étudier au-delà de l'Union européenne ou de l'Espace Économique Européen,
  • Informez-vous sur les questions de couverture sociale (chaque système de santé est différent et peut vous imposer un reste à charge, même si vous avez la carte européenne d’assurance maladie),
  • Renseignez-vous sur le niveau de vie dans le pays (logement, nourriture…) pour définir au mieux votre budget.

 

Aides financières

Il n’existe pas d’aides financières publiques octroyées par des autorités françaises pour ce type de mobilité, faisant que les années d’études en « solo » sont entièrement à la charge de l’étudiant. Cependant, pour les étudiants boursiers effectuant un diplôme relevant du domaine du Ministère français de l’Enseignement supérieur, il est éventuellement possible d’étendre les droits de votre bourse de l’enseignement supérieur sur critères sociaux à l’étranger (pays du Conseil de l’Europe uniquement). Renseignez-vous directement auprès de votre CROUS.

Des aides de la part de fondations françaises privées peuvent être octroyées, mais cela dépend du niveau d’études et domaines parfois très ciblés. Pour plus d’informations, consultez le Guide « Destination Europe et plus loin » en Nouvelle-Aquitaine.

Contactez également le service des relations internationales de votre établissement d’accueil afin de connaitre les éventuelles aides nationales ou locales proposées par votre pays d’accueil pour les étudiants étrangers.

 

Pour plus d’informations et pour trouver un établissement

Couv_Guide_Destination_Europe_2019.png

 

 

 

Mise à jour

18 October 2019