Accueil

Etudes secondaires (collège, lycée) à l'étranger : les particularités

Publié le 20 septembre 2019

[Mise à jour : 8 octobre 2020]

Les possibilités de mobilité à l’étranger pendant la période scolaire sont plus restreintes qu’après avoir obtenu son baccalauréat. Elles s’étendent généralement de quelques jours à une année scolaire, voire plus pour certaines.

Mobilités collectives proposées par votre établissement scolaire français

Les voyages/échanges scolaires (mobilités collectives à des fins d’apprentissage) sont connus de tous les élèves en tant que première expérience à l’étranger en dehors du cadre familial. Renseignez-vous auprès de votre établissement pour connaitre les voyages scolaires prévus durant l’année.

Les établissements peuvent demander des financements auprès du programme Erasmus+, de l’Office franco-allemand pour la jeunesse (OFAJ), des rectorats ou encore des collectivités territoriales compétentes pour compléter la participation des familles aux voyages scolaires de leurs enfants.

 

Mobilités individuelles à l’initiative du jeune (hors programme/partenariat)

Généralement, les périodes d’études scolaires effectuées à l’étranger en dehors des programmes/partenariats listés ci-après ne sont pas forcément reconnues une fois de retour en France. Renseignez-vous bien auprès de votre établissement pour connaitre les modalités de reconnaissance des études à l’étranger dans le cas d’un projet de départ. 

Si la période d’études à l’étranger n’est pas reconnue, il reste néanmoins possible de partir étudier temporairement dans un autre pays, à condition de mettre ses études françaises entre parenthèse le temps de la mobilité. Aussi, échangez bien avec votre établissement scolaire français des conditions de reprise de votre scolarité une fois de retour en France !

Par exemple, les échanges de jeunes du Rotary Club permettent à des jeunes français de 15 à 19 ans d’interrompre leur scolarité en France (souvent après la 2nd ou la 1ère) et de partir une année scolaire à l’étranger tout en étant logés en famille d’accueil. L’hébergement en pension complète et les frais de scolarité sont pris en charge par le Rotary Club. Se renseigner auprès du Rotary Club le plus proche de chez vous.

Par ailleurs, des organismes de séjours linguistiques peuvent proposer des immersions en lycée. Plus d'informations sur le site de :

 

Mobilités individuelles à l’initiative du jeune (dans le cadre d’un programme/partenariat)

Une mobilité éducative à l’étranger reste une expérience unique. Il convient d’échanger avec le chef d’établissement, l’enseignant référent pour l’action européenne et internationale ou encore le professeur de langues sur le projet d’un départ spontané à l’étranger.

Plusieurs types de mobilité spontanées sont possibles et reconnues dans le secondaire :

  • une période d'études dans un établissement français à l’étranger, vous permettant ainsi de suivre le programme du brevet ou du bac français tout en étant à l’étranger. La scolarité effectuée dans ces établissements est reconnue comme celle suivie en France dans un établissement public. Environ 530 établissements sont homologués à ce jour par le Ministère de l'Education nationale dans près de 140 pays. Pour le lycée, quelques bourses peuvent être octroyées par le Ministère de l’Education nationale dans certains lycées français à l’étranger (dites « bourses de Londres »). Se renseigner auprès du chef d’établissement.
  • les programmes franco-allemands de l’OFAJ « Brigitte Sauzay »(3 mois, de la 4ème à la 1ère) et « Voltaire » (6 mois, élèves de 3ème et 2nd). Basés sur le principe de la réciprocité, ils permettent à des jeunes français d’étudier en Allemagne (6 semaines minimum) tout en étant logés dans la famille de leur correspondant, puis d’accueillir à leur tour pour la même durée leur correspondant chez eux en France. Des aides sont proposées par l’OFAJ. Se renseigner auprès du chef d’établissement.
  • D’autres périodes de mobilité de quelques mois à un année scolaire sont possibles dans le cadre de son lycée, via des programmes/partenariats bilatéraux nationaux ou académiques. Se renseigner auprès de son chef d’établissement ou du rectorat de votre académie.

 

Etudes dans le cadre d’un diplôme infra-bac en apprentissage avec Erasmus+

Il est possible d’étudier à l’étranger et d’effectuer une partie de son apprentissage à l’étranger dans le cadre du programme Erasmus+ (notamment par l’action ErasmusPro pour les mobilités longues entre 3 et 12 mois).

Renseignez-vous auprès de votre correspondant de mobilité internationale dans votre établissement ou CFA.

 

Autres options

Voici quelques pistes pour apporter une dimension internationale à votre bac :

  • Prendre des options (sections européennes pilotées par le Ministère de l’Education nationale, ou sections internationales/option internationale du bac/OIB),
  • Passer un bac binational entrainant la délivrance des deux diplômes du bac des pays concernés (Abibac pour les bacs français et allemand, Bachibac pour les bacs français et espagnol, Esabac pour les bacs français et italien). Rentrée 2020 : voir les lycées français proposant l'Abibac, le Bachibac et l'Esabac.
  • Passer le bac franco-allemand,
  • Passer un bac européen,
  • Passez un bac international (IB) : considéré comme un diplôme étranger, il est en généralement reconnu avec l’équivalence d’un baccalauréat.

 

Pour en savoir plus

Couv_Guide_Destination_Europe_2019.png

 

 

 

Mise à jour

8 October 2020