Accueil

Quentin : volontaire en Italie dans le domaine de la solidarité internationale (9 mois, 2019-2020)

Publié le 10 juin 2020

Depuis octobre 2019, Quentin est parti effectuer une mission de volontariat en Lombardie (région au nord de l'Italie) pour une durée de 9 mois. Son objectif : participer à des activités interculturelles, liées au développement durable, aux droits humains, à la coopération internationale, à la citoyenneté active, au commerce équitable...

Cette mission a pu être réalisée dans le cadre d'un partenariat entre le CRIJ Nouvelle-Aquitaine (organisme d'envoi), l'Associazione Joint (organisation italienne de coordination), Guardavanti (organisme d'accueil), et grâce au soutien de l'Union européenne dans le cadre du programme Corps européen de solidarité.

Arrivant en fin de mission, il nous livre ses impressions sur son expérience et sa mobilité. Voici son témoignage.

"Depuis le mois d’octobre 2019, je suis en volontariat européen au sein de l’ONG GuardAvanti : per il futuro dei bambini, située en Italie, dans la petite ville de Somma Lombardo (près de Milan).

 

Chateau Visconti.jpg

Château Visconti de Somma Lombardo

Navigli.jpg

Canal Navigli à Milan
 

Je voulais absolument connaître une expérience en terre transalpine, à la fois pour apprendre l’italien et pour découvrir une culture et des paysages qu’on me vantait depuis longtemps. Et le moins que l’on puisse dire est que je n’ai pas été déçu : au sein d’une équipe 100% italienne et logé dans un petit village à 45 minutes de Milan, j’ai dû apprendre la langue et trouver des repères assez rapidement pour ne pas être trop déboussolé.

GuardAvanti est une ONG qui travaille principalement sur deux axes. En Italie, l’association s’occupe de projets liés à l’éducation et intervient dans les classes de toute la Lombardie, du primaire au lycée, sur des sujets variés touchant à l’écologie, la consommation responsable ou l’immigration. L’ONG est aussi très active à l’étranger où elle s’occupe de projets de lutte contre la pauvreté en Afrique, notamment en Zambie et au Burkina Faso. En décembre, j’ai d’ailleurs participé à une campagne de récolte de dons pour financer la construction d’une école dans un village zambien où 600 élèves de primaire n’avaient à leur disposition que 3 classes pour étudier.

Récolte.jpg

Une récolte en bonne compagnie…

En dehors de ma mission de volontariat, j’ai évidemment profité de cette expérience pour goûter à la culture italienne et au mode de vie de nos voisins. Si la vie n’est effectivement pas si différente de ce côté-ci des Alpes, des détails m’ont cependant marqué : la facilité avec laquelle se nouent les relations sociales, des gens moins stressés, moins pressés, mais aussi une sorte de passion pour tout faire à la dernière minute. Enfin, loin d’atténuer les clichés, les références à la nourriture sont présentes absolument partout, dans les conversations bien sûr (et à table surtout) mais aussi dans les chansons, les films, et les publicités. L’éternelle compétition culinaire entre la France et l’Italie se comprend donc dans l’admiration qu’ont les italiens vis-à-vis de la cuisine – et encore plus de la leur.
 

edrftghyjuhgf.PNG

Malheureusement, mon escapade italienne aura été plus courte que prévue. Suite à la pandémie de coronavirus, j’ai décidé de rentrer en France courant mars, et je suis désormais en télétravail depuis Limoges. Je m’occupe principalement du volet « étranger » de l’ONG et particulièrement des projets de développement en Afrique. En pratique, je participe à la conception de dossiers de financement en réponse à des appels à projets lancés par des agences gouvernementales, des fondations ou d’autres ONG. Je traite par exemple avec des organismes aussi différents que l’ambassade du Canada au Burkina Faso, la fondation française Suez, ou l’ONG allemande Tools for Life.

Je ne sais pas encore si j’aurais la chance de revenir en Italie pour terminer mon volontariat, mais cette expérience a déjà été très enrichissante et me donne l’envie de continuer à travailler dans le monde associatif et humanitaire. Je pense que le volontariat européen est une formidable expérience pour qui souhaite, une année durant, s’engager pour les autres, découvrir un lieu nouveau, remettre en question les (ses) stéréotypes, et tout simplement avoir une expérience rafraichissante à l’étranger entre deux années universitaires ou deux expériences professionnelles."
 

Lac d'Orta.jpg

Lac d’Orta 

 

Mise à jour

12 June 2020